Publié par : lskndrs | octobre 8, 2011

Les limites de l’hellénisation

Immense historien, Momigliano a essentiellement travaillé sur le judaïsme et sur l’historiographie (voir l’ouvrage magistral Les fondations du savoir historique, Les belles lettres, Paris, 1991). Parmi ses œuvres sont disponibles pour peanuts les Sagesses barbares, recueil de conférences données sur les relations culturelles entre les Grecs et leurs voisins dans l’Antiquité (dans l’ordre : Romains, Celtes, Juifs, Iraniens), agrémenté d’une copieuse bibliographie.

 

 

On y découvre l’attitude des savants Grecs face à la montée en puissance de Rome (en particulier Polybe), leur intérêt tardif pour le monde celte, leurs interactions avec les Judéens, leurs fantasmes sur la Chaldée. Ce petit livre est donc fascinant pour mieux comprendre l’intégration de la Grèce au sein du monde antique, et donc contextualiser d’avantage notre image d’Athènes&cie.

Publicités

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :