Publié par : lskndrs | octobre 12, 2011

Jacques Ellul : La raison d’être

Jacques Ellul fut un grand penseur de la technique, un intellectuel atypique, sociologue, historien et théologien, protestant, militant anarchiste, un des plus grands philosophes du XXe siècle.

Dans La raison d’être : Méditation sur l’Ecclésiaste, il propose sa propre exégèse du célèbre livre sapiential de l’Ancien Testament (« Vanité des vanités… »). Une écriture fluide et une pensée particulièrement accessible rendent la lecture très agréable, bien plus que certaines exégèses « classiques » des théologiens et/ou les critiques philologiques ardues.

Les unes tendent à confiner les écris sapientiaux à un rôle mineur, par facilité et embarras, et les autres par souci de rationalité y voient souvent un assemblage bancal et bâtard entre la pensée hellénistique qui se diffuse en Orient et la culture judéenne à l’époque de Qohelet.

Ellul à travers une lecture serrée et une analyse brillante dépasse non seulement l’apparente  banalité de la sentence de la vanité mais aussi les contradictions mises en lumière par les esprits modernes : un texte non métaphysique (mais « sous le soleil »), « tout est vanité et tout est don de Dieu », le progrès humain n’existe pas (malgré ses inventions, ses « avoirs », « [l’homme] n’est pas plus »), « le principe de non-contradiction est un principe de mort ».

Publicités

Responses

  1. belle intuition sur la contradiction!


Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :