Publié par : lskndrs | octobre 17, 2011

Herméneutique chez Origène : le voilement

Origène, Père de l’Eglise, est l’éditeur des Hexaples (Une bible en 6 langues sur 6 colonnes). Afin d’affermir la foi par la raison, il cherche à expliquer dans son Traité des principes d’où vient l’autorité des écritures. Pour Origène, toutes les écritures parlent du christ et c’est le christ qui explique les écritures.

La réflexion d’Origène s’axe une dualité du clair/obscur et du mystère. A la manière de Platon, le texte est ouvert sur un au-delà : sur un évènement extérieur au texte (le christianisme n’est pas une religion du livre). Il y a un temps de l’interprétation et ce temps est un temps long.

Tout d’abord, une obscurité première, une incompréhension. La tache de l’herméneutique relève avant tout de ce principe : « Dieu sait envelopper de ténèbres », Dieu lui-même est mystérieux, il n’y a pas de description assez digne de lui. De la retraite divine dans les ténèbres découle l’impératif de l’interprétation (Proverbe 26 : « le saint comprend la parabole et la sentence enveloppées de ténèbres »).

L’obscur est une nécessité, les écritures ne sont pas paroles d’hommes. Dieu a parlé parfois clairement, parfois de manière cachée. L’obscurité est une invitation à chercher, à interpréter pour celui possédant de la volonté (du « mérite » dit Kant), ceux qui veulent peuvent.

En un sens, il est heureux qu’il y ait des énigmes. Le christ dans les évangiles s’adresse aux docteurs de la loi : « malheur à vous », vous qui croyez trop vite comprendre, il ne faut pas se hâter de comprendre. La rencontre de difficultés force à changer d’approche, chercher un sens plus profond, à scruter les écritures.

Les imperfections du texte participent au mystère. Ces faits ne sont pas laissés au hasard, il ya là une volonté divine de nous enseigner une vérité spirituelle. Le sens du texte est caché, voilé, mais pas inaccessible.

Lorsque Nietzsche demande pourquoi Dieu écrit il si mal en grec, peut-être que la réponse est chez Origène : si la Bible n’est pas au niveau d’Homère, c’est parce que ça n’aurait pas été la vérité qui aurait subjugué les hommes mais la rhétorique.

Pascal disait : « Dieu se découvre en même temps qu’il se cache ». Pour les païens, Dieu se manifeste dans la nature, et se cache derrière le voile de la nature, pour les chrétiens,  Dieu s’incarne dans la chair et se cache derrière le voile de l’humanité, pour les catholiques, Dieu est dans le secret le plus étrange : l’eucharistie.

Publicités

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :