Publié par : lskndrs | octobre 22, 2011

L’amiral Yi (3. Sa figure dans l’imaginaire coréen)

Dans le sondage national mené par l’université de Soonchunhyang en avril 2005, Yi est la première personnalité de l’histoire coréenne avec 43,8% des votes.

Le roi Sonjo, exprimant ses excuses et priant pour l’âme de Yi, adressa le discours funéraire suivant :

« Je vous ai abandonné et pourtant, vous ne m’avez pas abandonné une seule fois. Les souffrances que vous avez endurées sur cette terre et celles que vous avez emportées avec vous, dans l’autre monde, comment pourrait-on les exprimer avec des mots ? »

Plus tard, en 1604, en la 37ème année du règne du roi In-jo, l’amiral Yi fut  élevé, à titre posthume, à la dignité de Vice- Premier Ministre. On lui décerna le  titre posthume de Chang Mu Gung (Maître de courage et de loyauté). En 1793, en la 17ème année du règne de Jung-Jo, il fut élevé, à titre posthume, au rang de Premier Ministre.

De par l’ordonnance royale du roi Jung-Jo, une compilation des grands faits et gestes de Yi, pendant sa vie, fut entreprise en 1793. Elle avait pour titre : Une collection complète sur le Chang Mu Gung Yi . Elle fut publiée en 14 volumes au terme de trois années de recherches.  Classée et protégée comme héritage culturel, cette collection  reste une source historique importante qui met en lumière tout ce que Yi a légué à la Corée.

De nombreux sanctuaires et monuments dédiés à la mémoire de l’amiral Yi    ont été érigés, y compris le sanctuaire hyonchungsa à  Asan. Dans toute la partie sud de la Corée, où reste encore  la trace de ses pas, sur les sites de ses nombreux combats, à la station navale de Cholla,  dans ses terrains d’entraînement…le public continue de venir et de s’incliner avec respect.

Le kobukson, fut restauré et reconstruit par la marine coréenne, en 1980, et exposé à l’Académie navale de la République de Corée, dans le sanctuaire de Hyeonchangsa à Asan, au Mémorial de la guerre et au musée national de Jinju.

Plus de 200 livres ont été écrits sur l’amiral Yi, dont 74 publiés en 2004 et 2005 seulement.  Le roman biographique La chanson du sabre, basé sur l’histoire de la vie de l’amiral Yi, fut un best-seller et a même été sélectionné comme lecture recommandée par le Président de la République Roh Mu-hyun.

Depuis le début du 21ème siècle, beaucoup de Coréens se passionnent pour apprendre l’esprit et les méthodes de Yi Sun-sin, pour leur développement personnel.  Son intégrité, sa loyauté, son dévouement,  ses stratégies pleines de finesse, sa pensée créatrice, la préparation soignée de ses projets, sa concentration sur la collecte d’informations à travers les contacts, tous ces aspects qui  remplissent les critères  exigés pour les leaders des temps modernes. Les domaines de l’économie et de la gestion sont précisément le terrain où l’étude et l’application des stratégies et de la direction de Yi se sont implantées. Le professeur Ji Yong-hee, auteur de l’ouvrage  Au temps de la guerre économique : une rencontre avec Yi Sun-sin, a donné une série de conférences ayant pour titre : Yi Sun-sin et la gestion des affaires Considérant Yi comme un modèle pour les hommes de premier plan pour le 21ème siècle, il prétend qu’il y a beaucoup de leçons à apprendre chez lui ; telles que : demeurer fidèle aux principes de base, instaurer la confiance entre les individus, tendre vers l’innovation, accorder de la valeur aux informations et ne pas tomber dans l’orgueil.

Yi Sun-sin, par dessus tout, était très strict envers lui-même, et il resta fidèle à ses principes jusqu’au bout, gagnant par là l’estime de ceux qui l’entouraient. On pourrait appeler cela, aujourd’hui : une conduite transparente des affaires.

« C’est parce qu’il basait toutes ses actions sur la morale que ses subordonnés lui ont fait totalement confiance. C’était avant tout un homme modeste, et parce qu’il était modeste, il était toujours prêt ».  (Professeur. Ji Yong-hee.)

Même dans le domaine de la culture, Yi émerge comme un personnage emblématique pour le 21ème siècle.  Une série télévisée intitulée Yi Sun-sin, l’immortel, a été diffusée à partir de septembre 2004. L’émission  a atteint un audimat record de presque 30 %, et fut choisie parmi les émissions les plus populaires de l’année.  Le succès de l’émission, en Asie, a suscité un très grand intérêt aux Etats-Unis, et une version sous-titrée a été réalisée pour le public américain. Un manga a également été récemment publiée ayant pour titre Amiral Yi Sun-sin et compte déjà cinq tomes édités par Tokebi. Elle retrace l’histoire de deux soldats sous les ordres de Yi (au final les seules personnes susceptibles de connaitre Yi en France sont les connaisseurs de mangas…).

L’amiral Yi Sun-sin est, avant tout, un symbole de fierté et d’admiration pour la marine coréenne. La plupart des recherches ont porté, jusqu’à ce jour, sur ses tactiques et ses méthodes de commandement, à l’Académie navale de la République de Corée, à la Marine nationale, au Centre d’entraînement et d’instruction navales, et dans le Régiment de la marine de la République de Corée.

L’amiral Yi est considéré comme un héros quasi divin en Corée. Ceux qui l’ont connu ou qui ont travaillé sur son histoire lui vouent une admiration et un respect unanime. Sa vie fut un modèle de dévouement et de patriotisme, et ses campagnes une épopée majeure de l’histoire militaire. L’impact de ses victoires fut réel, tant sur le plan stratégique : la privation des renforts japonais, que sur le plan moral. Si l’imaginaire coréen en fait un homme à juste titre exceptionnel, il faut nuancer le rôle tactique des Kobukson, dont le nombre en bataille ne dépassa sans doute jamais cinq. Cependant le passage à la postérité du premier navire cuirassé au monde témoigne de l’impact psychologique qu’il a pu avoir et sur les coréens et sur les adversaires japonais médusés.

Outre le génie stratégique et la personnalité hors du commun de Yi, rappelons que la marine coréenne de la guerre de Imjin avait bénéficié d’une constante amélioration qui en faisait peut être la plus moderne du monde à l’époque. De plus elle était parfaitement adaptée au terrain, à savoir un littoral compliqué qui causa maintes difficultés au japonais.

Publicités

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :