Publié par : lskndrs | novembre 3, 2011

Raul Ruiz : Le Temps retrouvé

Un prof de philo me disait : « le contresens est déjà un rapport au sens ». Le livre de Pierre Hadot, Le voile d’Isis m’avait permit de m’illustrer combien cette affirmation est parlante. Loin du néant, le contresens en se rapprochant du sens sans l’épouser dynamise le concept.

A ce sujet, le même prof raconta à propos de Raul Ruiz  : lorsque le cinéaste fuit le Chili dans les années 1970 et s’installe en France, il commence la lecture de Proust alors qu’il maitrisait encore mal le français. Rapidement il s’interroge : pourquoi diable est-il tout le temps questions de singes?

Plus tard il découvrit qu’il avait compris le mot « signes » singes… contresens sémantique abyssal qui ne l’empêcha pas malgré tout de réussir là où Fellini et d’autres monstres sacrés avaient toujours échoué malgré leur acharnement : adapter Proust au cinéma.

Le Temps retrouvé est une mise en scène audacieuse : Marcel Proust peu avant sa mort, en proie au délire de la fièvre, revisite sa vie mondaine où apparaissent ses propres personnages.

Un chef d’œuvre dont la scène finale est peut-être une des plus splendides que j’ai pu voir, avec cette très belle conclusion :

Le jour où le sculpteur Salvini mourut, il lui fût accordé, comme au reste des mortels, le temps de parcourir tous les lieux et les instants de sa vie sur terre. Le sculpteur refusa cette grâce : « ma vie n’est qu’une succession d’aventures extraordinaires et leur rendre visite ne ferait que m’attrister davantage » dit-il. « Je préfère me servir du temps que l’ont m’a accordé pour parcourir ma dernière œuvre, nemesis divine que tout le monde connaît sous le nom de « Triomphe de la Mort » ». Ainsi fit-il. Peu de temps après, l’Ange de la Mort apparut pour lui annoncer que le temps de grâce est dépassé. « Il y a un paradoxe dans tout cela ! » s’exclama Salvini. « J’avais assez de temps pour visiter tous les instants de ma vie, qui dura 63 ans, et ce même temps n’a pas suffit pour parcourir une œuvre que j’ai faite en trois mois. » « Dans cette œuvre, il y a toute ta vie et la vie de tous les hommes » répondit l’Ange de la Mort. « Pour la parcourir, il t’aurait fallu une éternité. »

Publicités

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :