Publié par : lskndrs | décembre 30, 2011

Nicola Sirkis : Kissing my songs

C’est ze bouquin que je n’attendais plus sur Indochine. Sous la forme d’entretiens avec Agnès Michaux, le leader parolier et ultime survivor se livre au décryptage de ses textes, et ce album par album et chanson par chanson, s’il vous plait. Comme je m’y attendais, on découvre derrière des textes aux formules alambiquées et à la signification absurde un univers riche, foisonnant, une vraie « signature de l’esprit » : références littéraires (Marguerite Duras, Salinger bien évidemment), poétiques (Beaudelaire, Eluard), cinématographiques (A l’Est de Java) ; une signature du temps : les années 1980, Mitterrand, l’Amérique de Reagan ; une signature de vie aussi : adolescence, voyages, pertes de proches.

Deux textes m’ont intéressé particulièrement : Les Tzars et Vietnam Glam. Le premier faisant référence à la « trahison opportuniste » du monde de la gauche post-68, et le second à l’exploitation culturelle et commerciale de la guerre du Vietnam par Hollywood (dois-je les citer?). La formule « vingt ans après le sang versé ne vaut plus très cher » devient tout d’un coup beaucoup plus explicite et intéressante.

Ceci-dit, je ne recommande pas le livre à tout le monde. Surtout aux fans, qui connaissent bien les textes, à ceux qui s’intéressent au groupe, au personnage aussi, mais sans plus. Je l’ai juste consulté un bon quart d’heure, ça m’a suffit personnellement.

Publicités

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :