Publié par : lskndrs | février 26, 2014

Ce que nous ne connaîtrons point

[…] Mon passé
tel que me l’a assigné le destin
n’est rien d’autre qu’un vide inconsolé

et consolant. J’observe, en me penchant
à ma fenêtre, ces deux gamins qui vont, légers,
sous le soleil; et je suis là, comme un enfant

que tourment, bien sûr, ce qu’il n’a pas connu,
mais aussi tout ce qu’il ne connaîtra point…

**

[…] Il passato
è quello che ebbi per destino,
niente altro che vuoto sconsolato…

e consolante. Osservo, chino
sul davanzale, quei due nel sole
andare, lievi; e sto come un bambino

che non geme per ciò che non ha avulo solo,
ma anche per ciò che non avrà…

Pierro Paolo Pasolini in La Religion de notre temps (La Religione del mio tempo)

Publicités

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :