Publié par : lskndrs | juillet 2, 2014

Etroitesse

Notre journée humaine, ah , que ses bornes sont étroites !

Tu vois, tu t’étonnes, – le soir est là.

Dors maintenant aux lointains infinis où les années

Des nations passent et disparaissent.

 

Hölderlin, Odes

Publicités

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :