Publié par : lskndrs | juillet 7, 2017

We’ll know better when we’re older : Retrowave saisonnière

Sous les néons mauves de la retrowave, le tropisme « west coast » est assez constant et convient parfaitement aux chaudes journées d’été actuelles.

FM-84 et The Midnight donnent d’ailleurs un concert à San Francisco le 14 juillet, ce qui me rappelle que parfois je ne suis pas né sur le bon méridien.

Reste ce fantasme ultraviolet sur l’été éternel de notre extrême occident, façon de varier du bleu/orange des Red Hot Chili Peppers vers quelque chose de plus synthétique, où nous conduisons tous des DeLorean dans la version utopique du L.A. de Blade Runner.

Le dernier morceau (« Memories« ) de « The endless summer » (The Midnight) évoque de façon simple et puissante la nostalgie de fin d’été. De composition simple (voir insipide), il s’offre comme un épilogue parfait à l’album, suggérant les soirées de la fin août, quand le soleil plonge tôt dans la mer et adoucie la lumière, la chaleur accumulée de la journée ne masquant plus un début de déclin, certes très modeste vu l’absence de vent, mais chant du cygne assuré d’un été qu’on pouvait croire éternel, tant il nous aura fixé l’œil des heures durant sur l’horizon et ses infinies nuances de bleu.

Et au sein de cette mélancolie qui monte dans ces instants des « derniers instants de », ce furieux besoin de synthèse, de récupération et d’appropriation des miettes dorées dans le creux de notre conscience, précieux turbochargeur de notre diesel quotidien.

Everything is clear in the rear view mirror

The coast highway and the golden hour

Only love

Nothing was lost

Cette petite chanson sur la fin d’un amour estival, éphémère et adolescent, plein de souvenirs et d’expériences (« You’ll always be a part of me / Some wounds will always sting / Forever in full bloom »), en tant que conclusion d’un album sur un été qu’on aurait cru sans fin est porteuse d’une charge nostalgique décuplée (été, amour, années 80, rétrofutur synthétique années 80) qui pourrait résumer l’étrange sentiment d’entre deux, de transition entre plusieurs phases d’existence où nous ne sommes plus vraiment la même personne.
Ici, fin de l’été, fin de l’amour, fin de la jeunesse, étrange deuil (et célébration) d’une époque non vécue, et la modestie de l’être qui sait aimer sa nostalgie tout en embrassant avec confiance et patience la vieillesse et sa promesse de sagesse.
Summer days are growing colder
We’ll know better when we’re older

 

Publicités

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :